AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Kâlî
True Criminal
avatar

Féminin
Balance Cheval
Nombre de messages : 1370
Age : 27
Localisation : en astral
Date d'inscription : 20/01/2009

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Lun 6 Juil - 11:37

Pandy je pense que tu es déjà apparue en tant que sirène non?
Revenir en haut Aller en bas
Pandora Axebreaker
Jeune écrivain
avatar

Féminin
Gémeaux Cheval
Nombre de messages : 228
Age : 28
Localisation : In my dreams.. <33
Date d'inscription : 26/03/2009

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Lun 6 Juil - 19:35

Ah bon? XD
Revenir en haut Aller en bas
Beyond Birthday
Bee, on sait !
avatar

Féminin
Balance Chat
Nombre de messages : 1528
Age : 30
Localisation : Somewhere over the rainbow
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Mer 8 Juil - 16:01




    Scène II




      - « Mission accomplie, majesté ! »


    Maborochou avait revêtu son plus beau sourire pour conter ses exploits au roi Killy. Il avait commencé par la partie la plus cocasse et la plus intéressante pour son souverain : la troupe de comédien et le tour amusant joué à Franck Bottom, le réveil de la reine et sa poursuite à travers les arbres pour retrouver le fruit de ses amours, et finalement le départ en grande pompe pour son royal palais.

      - « Votre reine s’est éprise d’un jeune mortel au corps élancé mais à la tête d’aigle. Si vous aviez vu le ridicule de la situation, elle l’a presque violé sur place. Ho ho ho ! »


    Killy était absolument ravi. Évidemment, l’idéal eut été qu’elle tombât amoureuse d’un âne, mais la tournure actuelle de situation lui plaisait grandement. Sa femme connaissait enfin le châtiment mérité pour tous ses outrages, tant pis si un humain devait en subir les conséquences (car après tout ils étaient déjà bien trop nombreux sur la planète). Ses yeux brillaient d’une lueur si perverse qu’ils en étaient presque interdits aux moins de dix-huit ans. Se reprenant, il demanda à son fidèle serviteur :

      - « Et qu'en est-il de l’Essénien ? Lui as-tu recouvert les paupières du suc magique également ? »
      - « Bien entendu. Et comme son amie était à proximité, il a forcément du la voir à son réveil ».


    Les lois de la fiction étant particulièrement bien faites, c’est à ce moment-là qu’arrivèrent dans la clairière deux Esséniens en plein débat. Le proverbe « quand on parle du loup… » était certainement issu d’une histoire telle que la nôtre. Le roi Killy et Maborochou s’enroulèrent dans la cape d’invisibilité pour ne pas être découvert par les nouveaux venus.

      - « Tiens, mais voilà justement le jeune homme dont je te parlais » murmura Killy à son second.
      - « Étrange… » lui répondit tout aussi discrètement le petit lutin. « Je reconnais la demoiselle mais absolument pas son compagnon ».


    Lynn poursuivait Giordano de ses cris. A vrai dire, elle hurlait tellement fort que le mot « cri » était encore un doux euphémisme. La jeune fille s’était réveillée seule dans une immense forêt, Aleskander n’étant plus à ses côtés, et elle s’était alors mise à sa recherche, sans succès. Par contre, au détour d’un chemin, elle avait retrouvé Giordano, qui se reposait les pieds après sa course effrénée pour fuir les assauts sentimentaux de Roxana. La stupéfaction de le voir là avait laissé la place à l’incompréhension, puis la colère.
    Ce pauvre Giordano, après avoir été poursuivi par l’amour de Roxana, était maintenant persécuté par la haine de Lynn. Car cette dernière, en bonne paranoïaque, était persuadée qu’il y était pour quelque chose dans la disparition de son amant. En effet, comment expliquer sa présence dans ces bois autrement, alors qu’elle n’avait prévenu personne ? Les justifications financières du jeune homme ne l’avaient absolument pas convaincue, pas plus que la soit disant trahison de sa meilleure amie qui aurait balancé le lieu de rendez-vous. Roxana était bien trop douce pour être aussi fourbe, contrairement au descendant Bibiste qui avait fait de la filouterie sa seconde nature.

      - « Je suis sûre que c’est à cause de toi qu’il est parti, c’est toi qui le connaît le mieux ! » s’égosillait Lynn. « Qu’est-ce que tu lui as encore raconté ? Que Golden Sun sortait demain matin sur Nintendo DS ? »
      - « Mais n’importe quoi ! » tempêtait Giordano, en retour. « Je n’arrête pas de te dire que je ne l’ai pas croisé. C’est toi qui m’a sauté dessus (ha ha) comme une furie en me faisant des reproches infondés ».


    C’est dans ce genre d’occasion que ses bottes supersoniques auraient vraiment été très utiles. Malheureusement, il avait épuisé toute la batterie lors de sa tentative pour échapper à Roxana.

      - « Je te jure que si tu es responsable, même indirectement, de son départ, je te le ferai payer d’une manière si terrible et si cruelle que même le meilleur des chirurgiens aura du mal à retrouver quels morceaux assembler pour te reconstituer ».


    Giordano éclata de rire face à la menace. Comme si une fille beesounoursienne comme Lynn pouvait être aussi méchante avec qui que ce soit, même avec lui. Cette réaction frivole excéda la demoiselle à un point tel qu’elle préféra couper toute discussion et partir de son côté en pestant contre les hommes, les enfants, les chiens, les fruits de mer et tout ce qui l’insupportait sur la planète.
    Resté seul, le jeune homme soupira d’aise. Apparemment, toutes les femelles du village avaient décidé de s’en prendre à son corps ou à son âme, alors qu’il ne demandait que paix, repos, geekerie et saucisson. Épuisé par tous ces litiges, il avisa un talus non loin de là pour s’y reposer. Très vite, le sommeil prit possession de lui et il se laissa glisser dans un repos sans rêve.

    Killy, de son côté, était fort mécontent. Il jeta un regard noir à son serviteur, qui avait apparemment cafouillé dans ses ensorcellements.

      - « Mais ce n’est pas possible une erreur pareille » maugréa le souverain, s’adressant à Maborochou. « Tu t’es complètement mépris : tu as mis la liqueur d’amour sur la vue d’un amant fidèle. Il doit forcément résulter de ta méprise l’égarement d’un cœur fidèle, et non la conversion d’un perfide ».


    Le petit lutin était positivement surpris par la très théâtrale expression de son roi, mais n’y fit aucun commentaire.

      - « Vous m’aviez dit de chercher un Essénien pervers et une demoiselle belle comme le jour, j’ai vu un couple qui correspondait totalement à ces critères ».
      - « Hum… Peut-être aurais-je du préciser que ces jeunes gens étaient tous les deux blonds... ? Enfin peu importent les raisons, il va falloir réparer nos erreurs. Maborochou, va donc trouver les humains qu’il nous manque, ramène-les ici et je recouvrirai leurs paupières de mon suc (ho ho) ».


    Filant telle une flèche de Cupidon, le malicieux personnage partit à travers les bois rechercher les amants égarés. Pendant ce temps-là, Killy en profita pour teindre les yeux de Giordano, déjà endormis, en espérant que son lutin trouverait l’amante aux parures sombres dans un délai assez court. Ils seraient alors réunis par un amour plus pur que le cristal.
    Justement, le jeune sylphe venait de parcourir les environs, poussés par les clochettes magiques de ses chaussons. Il avait surpris Lynn, qui tournait en rond depuis cinq minutes, car son sens de l’orientation lui faisait défaut passé une certaine heure. Mais plus comique encore, il avait également aperçu non loin de là Aleskander, qui poursuivait toujours Roxana de déclarations fastidieuses.

      - « Quand tes cheveux s'étalent comme un soleil d'été et que ton oreiller ressemble aux champs de blé. Quand l'ombre et la lumière dessinent sur ton corps des montagnes, des forêts et des îles aux trésors… Que je t'aime, que je t'aime, que je t'aime ! »


    Maborochou revint faire son rapport au roi, à la limite du fou rire. Il lui apprit que les quatre amants étaient tous dans les environs et qu’une simple brise suffirait à les réunir. Killy lui donna le feu vert pour déclencher les alizés. Mais ce qu’il n’avait pas prévu, c’est que ce gai luron de lutin commencerait par le couple pour pimenter quelque peu la situation. Il les amena donc près d’un Giordano qui ne resterait certainement pas endormi très longtemps vu leur manque de discrétion.

      - « Quand ta bouche se fait douce, quand ton corps se fait dur, quand le ciel dans tes yeux d'un seul coup n'est plus pure. Quand tes mains voudraient bien, quand tes doigts n'osent pas, quand ta pudeur dit non d'une toute petite voix. Que je t'aime, que je t'aime, que je t'aime » déclamait Aleskander, décidément bien inspiré.
      - « Tu es non seulement super lourd mais également très obscène » maugréait Roxana, qui en avait marre de ces poèmes plus que grivois. « Tu ne pourrais pas me lâcher avec tes chansons paillardes ? Les blagues les plus courtes sont les meilleures ».


    Aleskander, même repoussé, continuait à couvrir sa dame de pensées qu’il estimait pourtant au comble du romantisme. Elle finirait certainement par craquer, grâce à son charme irrésistible et ses paroles flatteuses.
    Mais bien évidemment, comme l’avait prévu Mabo, Giordano finit par sortir de sa léthargie, réveillé par leur parade amoureuse. Il vit alors la personne la plus fantastiquement belle, la plus incroyablement désirable et la plus exotiquement admirable : Aleskander.

      - « Mon homme, mon tout, je te connais depuis tellement d’années et je viens seulement de découvrir mes sentiments » lui déclara le jeune homme. « Ce n’était pas de l’amitié que je ressentais pour toi, mais bien de l’amour. Toutes ces remarques perfides que je te lançais, tous ces paris stupides que j’exigeais, je ne faisais que te frapper psychologiquement car je n’osais point te caresser physiquement. Sois mien, mon doux loukoum, je t’en supplie ».


    L’auteur vous laisse cinq minutes pour vous figurer non seulement l’expression d’Aleskander mais également celle de Roxana à ce moment précis. Le ciel tombant sur la tête d’un village gaulois n’aurait pas produit de plus bel effet.
    Mais la palme de l’air abasourdi revint certainement à Lynn, qui venait de surprendre la conversation, ayant été attirée par la voix chantante de son amant qui l’avait abandonné. En effet, la scène avait de quoi choquer son âme d’émo-girl : Giordano s’était épris d’Aleskander qui, lui-même, avait craqué pour Roxana. Même le plus tordu des vaudevillistes n’aurait pu trouver plus intriguant triangle amoureux. Furieuse, Lynn se tourna vivement vers Roxana, lui demandant des explications :

      - « Je me fiche complètement que ton Bibiste d’ami se tape des délires yaoistes, c’est même plutôt amusant, mais tu peux m’expliquer pourquoi Aleskander TE chante des classiques du barde Hallyday avec cet air enfariné ? »
      - « Comment ? » hurla la jeune fille, que toute la situation avait excédée, particulièrement le coming out de l’élu de son cœur. « Non seulement je me traîne dans une forêt pour aider cet ingrat de Giordano (et maintenant mon jupon est foutu), je me fais en plus poursuivre par son meilleur ami et ses blagues de mauvais goût, et maintenant je me fais sermonner par ma soit disant amie de toujours ? C’en est trop ! Vous n’êtes qu’une bande de kikoolols ! »


    Lynn, vexée par l’insulte, se sentit pousser des pulsions morbides qu’elle n’avait encore jamais connu : pour une fois ce ne serait pas ses propres veines qu’elle tailladerait. La flamme de violence qui illumina ses yeux noisettes fut apparemment suffisamment impressionnante pour effrayer Roxana. La brunette s’élança sur la blondinette en un hurlement sauvage, la poursuivant toutes griffes dehors.
    Aleskander prit peur pour sa promise et voulut la protéger des attaques félynn, mais il ne put les rattraper. Giordano venait en effet de passer deux bras puissants autour de lui, le conservant dans une étreinte forcée.

      - « Nous ne sommes que tous les deux maintenant » lui glissa-t-il avec émotion. « Laisse donc ces femelles se battre sans vergogne et occupons-nous plutôt de nos propres sentiments… »


    A part Maborochou, personne ne vit le facepalm géant que s’infligea le roi Killy face à la situation. La cape les avait rendu invisible, mais certainement pas aveugle ni sourd. Alors que le lutin, mort de rire, tentait comme il le pouvait de reprendre son souffle, le souverain soupira de fatigue face à ces deux couples qu’il faudrait rabibocher correctement…





Fin de l'acte 3...
Et Pandie tu es effectivement citée en tant que sirène-amante de Mabo



Revenir en haut Aller en bas
http://lynn-photoblog.blogspot.com/
Freezer
Je freeze le jour, je freeze la nuit, je freeze la veuve et l'orphelin
avatar

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 2312
Age : 29
Localisation : Space Australia, Space Brisbane
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Mer 8 Juil - 17:06

Alors là ! Je m'attendais pas du tout que Giordano ait regardé Aleskander à la place de Roxanna. :O
Encore un délire Yaoïste sortie de ton imagination. :rool:

Enfin, ça met encore plus de suspense dans la fic.

Et puis la scène de fight entre les deux demoiselles à l'air d'être prometteuse. :P

J'espère que vous vous battrez dans la boue. ^^
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/#!/ViviusFrozen
Yuber
True Criminal
avatar

Masculin
Balance Singe
Nombre de messages : 1580
Age : 25
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Mer 8 Juil - 17:36

Ah Ah.
Vraiment génial. Une drôle de situation, il me tarde de découvrir la suite. x)
Revenir en haut Aller en bas
http://madyuber.tumblr.com/
Bibi
Banni(e) du forum
avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 1932
Age : 26
Localisation : Pourquoi, tu cherches un plan sexe ?
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Mer 8 Juil - 23:13

C'est très amusant, ça m'a fait un choc mais j'aime *___*
Revenir en haut Aller en bas
http://and-justice-for-all.cowblog.fr
Killy
délivre.
avatar

Masculin
Lion Rat
Nombre de messages : 14770
Age : 33
Localisation : Vaes Essenya.
Date d'inscription : 02/12/2007

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Jeu 9 Juil - 13:26

Citation :
Banquo est bien sympathique dans son genre "chien fidèle", mais il se fait quand même avoir comme une chaussette.

U_U Je conteste ! Pourquoi ne dit on pas 'comme un cotontige' T_T ça rabaisse la réelle valeur qu'ont les chaussettes dans ce bas-monde !

PTDR le retournement de situation dans la dernière scène, j'avoue avoir beaucoup ris à la yaoittude naissante du fameux Giordano XD

Merci de m'avoir appris ce qu'était un facepalm sinon XD

_________________

Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Killly
Chidori
Serial Killer
avatar

Féminin
Balance Chien
Nombre de messages : 2333
Age : 23
Localisation : Entre la balançoire et le bac à sable, si vous voyez c'que je veux dire :D
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Jeu 9 Juil - 13:27

J'adore ! C'est merveilleux, un tel retournement de situation !
Et du yaoi en plus *___*

La suite ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Beyond Birthday
Bee, on sait !
avatar

Féminin
Balance Chat
Nombre de messages : 1528
Age : 30
Localisation : Somewhere over the rainbow
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Jeu 9 Juil - 18:15









    Scène I



    Le roi Killy venait d’avoir une autre idée pour rapprocher les amants et reformer correctement les couples. Il se sentait en partie responsable de ces débâcles. Il est vrai que sa précédente initiative s’était soldée par un échec vaudevillesque et yaoiste, mais il s’assurerait cette fois-ci de la parfaite réussite de son plan.

      - « Maborochou, écoute moi bien et tâche de remplir ta mission sans facéties supplémentaires. Empêche les hommes de faire des cochonneries et les femmes de se battre, puis fais-les tous courir dans la forêt jusqu’à ce qu’ils en tombent d’épuisement. Quand ils seront endormis, verse l’antidote sur leurs yeux, ne glisse ces dernières gouttes de suc que sur les paupières de l’Essénien à la chevelure dorée en t’assurant que sa tête soit tournée vers la dame aussi blonde que lui ».
      - « Ais-je le droit de faire encore une toute petite blagounette ? » supplia Mabo, qui trouvait ces nouvelles directives beaucoup moins amusantes.
      - « Je t’en défends formellement » lui répliqua son souverain, prenant son air le plus terrifiant (c’est-à-dire sans sourire) pour le dissuader de toute embrouille.


    Robin Gai Luron partit faire son office. Il commença par les deux jeunes hommes, plus facilement atteignable. Même si Giordano avait agrippé Aleskander par la taille pour lui témoigner une profonde (hoho) affection, ce dernier avait miraculeusement réussi à fuir, complètement paniqué. Mabo imita alors la voix du jeune homme pour attirer Giordano dans une direction complètement opposée. Il le fit ainsi galoper jusqu’à ce qu’il tombe de fatigue (donc environ cinq minutes) et s’allonge dans une clairière. Le lutin fit la même chose avec Aleskander, en imitant la voix de Roxana, jusqu’à ce qu’il s’endorme dans la clairière voisine.
    La ruse fut plus compliquée à mettre en place pour les demoiselles. En effet, Lynn avait déjà rattrapé son amie et toutes deux se battaient dans l’herbe, maculant leurs peaux de tâches sexy, donnant à leurs cheveux un aspect sauvagement décoiffés et déchirant leurs sous-vêtements avec rage (voilà, c’était le moment shôjo-ai pour compenser). Mabo dut alors produire un brouillard épais, aussi noir que l’Achéron, pour séparer les deux jeunes filles, afin de les guider dans des directions opposées puis de les faire courir pour les épuiser. Il entraîna Roxana dans la clairière où dormait déjà Giordano et Lynn dans celle où se trouvait Aleskander.
    La dernière étape fut de verser un antidote sur les paupières des deux garçons, puis de reteindre celles de Giordano avec le suc de la Pensée d’Amour. Maborochou, de fort mauvaise grâce, finit par tourner sa tête vers Roxana afin qu’elle soit la première personne qu’il contemplerait à son réveil.

      - « Quelle tristesse ! » soupira le lutin. « Chaque homme redeviendra amoureux de sa dame, ils se marieront, seront fidèles, vivront heureux jusqu’à la fin de leur vie et gna gna gna… Pourquoi faut-il toujours que ça finisse obligatoirement bien ? »


    Il rejoignit en maugréant le cortège royal de Killy qui se dirigeait vers le palais de la reine Hana. Les ailes noires de la nuit allaient bientôt laisser la place aux rayons dorés du soleil et il n’était pas bon pour une fée ou une elfe d’y être exposé. Leur cuir étant plus délicat, il ne supportait que la poussière argentée des étoiles. Mais Killy avait encore une dernière mission à accomplir avant de s’éclipser avec les premières heures de l’aube.

    Hana, belle et terrifiante reine des fées, s’occupait pourtant avec beaucoup de douceur de son nouvel amant, Franck Bottom. Ils étaient tous deux allongés sur un lit de fleurs délicatement parfumées. Le jeune comédien avait fini par prendre goût au luxe royal : chaque serviteur de sa nouvelle cour devait s’occuper de lui d’une différente manière. Kida lui massait le dos, Snake le rafraîchissait grâce à un éventail en plume de paon, Killua lui donnait, de fort mauvaise grâce, un grain de raisin chaque fois qu’il le demandait, et Morgue était chargée de lui apporter un verre de Faro pour le désaltérer. Les fées et les elfes étaient particulièrement déçus de devoir servir un mortel si ingrat (il ne parlait pas beaucoup) mais étaient encore plus stupéfaits face au comportement de la reine.
    En effet, sa cruauté légendaire s’était tellement émoussée que c’en était presque plus effrayant de la voir niaise. Elle restait bouche bée face au chant de pouvait produire le bec nouvellement acquis de Bottom et le cajolait tant et si bien que les plus jeunes sylphes détournèrent pudiquement le regard. Les deux amants finirent par s’endormir l’un contre l’autre, ne laissant qu’un air béat illuminer leurs visages.

    Le roi Killy avait beaucoup apprécié la distraction. Le comportement de son épouse lui faisait presque pitié. Il en avait profité pendant ce temps pour récupérer le jeune page Sanji, qui lui tenait particulièrement à cœur. Ce dernier n’était pas particulièrement grand mais, grâce à une pancarte « bukkake » judicieusement placée, le souverain finit par le repérer non loin d’un vieux chêne. Etrangement, aucune autre créature féerique ne voulait le côtoyer, probablement effrayée par son insolite panneau. Lorsqu’il fut assuré du bon transfert de son nouveau chevalier, Killy demanda à Maborochou de lever l’enchantement lancé sur Franck Bottom.

      - « Laisse-le encore dormir quelques heures. Lorsqu’il se réveillera, tout ceci ne sera pour lui qu’un rêve étrange et pénétrant d’une femme inconnue et qu’il aime et qui l’aime et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, et l'aime et le comprend »


    Heureusement que Robin était un lutin, capable de comprendre ce charabia digne du meilleur poème saturnien d’un Verlaine. Il murmura quelques douces paroles près de l’oreille du mortel endormi. Les plumes mordorées et le regard ambré de l’aigle s’estompèrent peu à peu pour laisser la place à la peau pâle et au regard céruléen de Bottom.
    Killy s’approcha de sa reine et toucha doucement ses paupières avec une fleur de Diane, seul antidote assez puissant pour enlever le maléfice sur une fée. Hana s’éveilla doucement, contemplant son époux avec un doux sourire.

      - « Mon roi, que fais-tu ici ? » demanda-t-elle, la voix encore enrouée de sommeil. « J’ai l’impression d’avoir fait un étrange songe où j’étais amoureuse d’un bel oiseau ».
      - « Ce n’était pas un rêve, ma dame » explique Killy. « Regarde, il dort à tes côtés, bercé par les premières brises matinales ».
      - « Bigre ! » s’offusqua Hana, presque dégoûtée. « Il n’est pas aussi beau que ce que je croyais, j’aurais pu mieux choisir ».
      - « Haha, ne sois pas mauvaise langue. Regarde plutôt le soleil se lever à l’horizon : il nous faut quitter ces lieux. Allons ma reine ! Dans un grave silence, courons après l’ombre de la nuit ».


    Les cortèges royaux s’en allèrent dans un délicat bruit de clochette, d’herbe fraîche et de perle de rosée. Hana ne lança qu’un dernier regard vers la couche où son ex-amant dormait, se demandant pourquoi diable elle l’avait imaginé avec une tête d’aigle…







    Bien loin de toutes ces péripéties nocturnes, le prince Sword Coyle et sa fiancée Lolita Barge se préparaient pour partir à la chasse aux noobs dès les premières lueurs de l’aube. En effet, en bonne descendante des Amazones, il fallait à la future princesse au moins une battue par semaine pour se sentir en forme. Celle-ci avait revêtu sa plus belle tenue de guerre : bouclier d’airain, épée tranchante et arc à flèche. Coyle, de son côté, avait préféré une arme beaucoup plus classique, n’emportant que son pistolet à ban. Lionel Richie les accompagnait pour prendre des photos souvenirs, une sorte de dédommagement pour la royale porte qu’il avait défoncé la veille en s’introduisant dans la salle de réunion du prince. Et bien entendu, Vivius Frozen, le « secrétaire particulier », suivait toute cette noble compagnie pour porter leurs sacs et apporter quelques rafraîchissements.
    Les premiers noobs n’avaient pas été trop difficile à abattre et le prince était ravi de voir sa chère et tendre s’amuser follement. Les photographies étaient plutôt réussies, c’était toujours aussi drôle de voir les petites bêtes fuir en hurlant comme des Lapins Crétins. Pourtant, au détour d’un chemin sylvestre, les chasseurs et leur troupe découvrirent un spectacle singulier : quatre jeunes Esséniens endormis sur un tapis de mousse, regroupés par groupe de deux. Lionel reconnu directement sa fille, Lynn, somnolant dans les bras du fameux Aleskander qu’il abhorrait. De l’autre côté, le jeune Giordano qu’il lui avait choisi comme époux se reposait près de Roxana, une noble dame qu’il ne connaissait que de vue. Sword, à la vue de ce spectacle, ne put retenir son commentaire.

      - « Bonjour, mes amis. La Saint-Valentin est passée. Les oiseaux de ces bois ne commencent-ils à s’accoupler qu’aujourd’hui ? » demanda-t-il avec un air plus que vicieux qu’il tentât de faire passer par le ton innocent de sa voix.


    Réveillé par les gloussements de l’Amazone et le rire feutré du laquais, les amants se relevèrent prestement, époussetant leurs vêtements et se courbant devant leur souverain pour s’excuser de cette situation compromettante. Lionel Richie, de son côté, ne riait pas du tout et fusillait sa fille du regard.

      - « Est-ce que vos lits ne sont plus assez confortable qu’il vous faut à présent tester les herbes de la forêt ? » les interrogea le prince, dont le regard se faisait à présent plus doux. « Que faites-vous tous les quatre ici ? »
      - « J’avoue ne plus me souvenir de la raison exacte, monseigneur » lui répondit Aleskander, « mais il me semble que Lynn et moi voulions fuir la loi cruelle que vous vouliez rétablir ».
      - « Et vous, sieur Giordano ? Que faites-vous auprès de cette dame qui n’est pourtant pas votre fiancée ? »
      - « Il est vrai qu’à la base je voulais poursuivre les amants dans leur fuite pour les ramener à la raison quant au mariage » répondit le descendant Bibiste, « mais la belle Roxana m’est apparue dans toute sa splendeur. Ce matin, lorsque vous m’avez réveillé, j’ai eu du mal à détacher mon regard d’elle. Je sais que je l’ai traitée durement par le passé, la repoussant de manière ingrate, mais elle m’apparaît à présent si merveilleuse que je regrette ces erreurs de jeunesse. Elle est l’unique objet de joie à mes yeux après les épisodes de la saison six du Docteur House. Je ne peux donc pas me résoudre à épouser une autre femme, je ne peux être fidèle qu’à elle ».


    Le prince Sword, que la chasse avait égayé, était d’une humeur joyeuse. Les explications de Giordano enthousiasmèrent grandement son côté romantique et firent fondre comme neige au soleil son côté sadique. Ravi de ce retournement de situation, il décida de supprimer à nouveau la loi de l’obéissance filiale, sans tenir compte des protestations du père Richie.

      - « Que de merveilleuses nouvelles ! » s’exclama le souverain. « Venez avec moi, mes chers amis, et nous fêterons vos unions respectives en même temps que la mienne. Je vous invite ce soir dans mon palais, nous essayerons tous ensemble cette nouvelle piscine de Nutella que j’ai récemment commandé ».


    Il claqua des doigts pour que Vivius lui apporte son carnet de note et donna à chacun des amants une preuve écrite les autorisant à squatter son palais toute la nuit. Le couple royal continua sa partie de chasse dans la forêt, suivit par un Lionel Richie très bougon mais bien obligé de continuer ses œuvres photographiques.
    Restés seuls, les quatre jeunes gens se regardèrent un peu gêné. Est-ce que tout ceci s’était réellement déroulé ? Il y avait bien quelques signes discrets des aventures passées (la très étrange tenue en style MGS de Giordano, les sous-vêtements déchirés des deux demoiselles, les traces d’ongle dans le sweat d’Aleskander, comme si quelqu’un avait voulu l’agripper à mort), mais n’y avait-il pas une grande part d’imagination dans tout ceci ? Ils finirent par rentrer à Essène, heureux mais épuisé, comme après une longue nuit de veille…







    Franck Bottom finit par ouvrir les yeux, aux environs de midi. Il se trouvait allongé sur un lit de fleurs, au beau milieu de la forêt et bien entendu à des lieues de l’endroit où sa troupe répétait la veille. Et bien entendu les autres comédiens n’étaient pas autour de lui. Vu l’heure, ils avaient certainement déjà repris leurs activités personnelles.
    Le jeune homme avait un sentiment étrange, comme s’il venait de faire un rêve familier où une belle dame avait le rôle principal. Etait-elle brune, blonde ou rousse ? Il l'ignorait. Son nom? Il se souvenait qu'il était doux et sonore, comme ceux des aimés que la vie exila. Son regard était pareil au regard des statues et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle avait l'inflexion des voix chères qui s’étaient tues.

      - « Peut-être que je pourrais parler de ce songe aux spécialistes de Paul Igame » se demanda Bottom. « Mais j’espère pouvoir m’en rappeler correctement, avec ma cervelle de moineau… »


    En cela, il n’était pas très loin de la vérité. Il reprit lui aussi le chemin de la célèbre ville virtuelle.






On arrive doucement à la fin, j'hésite à faire une deuxième scène à cet acte ou à
passer directement à l'épilogue... En tout cas on reverra tous les persos bientôt



Revenir en haut Aller en bas
http://lynn-photoblog.blogspot.com/
Freezer
Je freeze le jour, je freeze la nuit, je freeze la veuve et l'orphelin
avatar

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 2312
Age : 29
Localisation : Space Australia, Space Brisbane
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Jeu 9 Juil - 18:35

Oh pas de combat de boue entre les deux filles... T_T

Mais au moins elles déchirent leur sous-vêtements, c'est ça.

En tout cas, ta fic est toujours aussi bien écrite. :congrat: :congrat: :congrat:
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/#!/ViviusFrozen
Kâlî
True Criminal
avatar

Féminin
Balance Cheval
Nombre de messages : 1370
Age : 27
Localisation : en astral
Date d'inscription : 20/01/2009

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Jeu 9 Juil - 18:48

La fin approche ;___;
Je veux quand même la suite <3


PS: Docteur House, Paul Igame!!! XD je meurs Hahahaha
Revenir en haut Aller en bas
Killy
délivre.
avatar

Masculin
Lion Rat
Nombre de messages : 14770
Age : 33
Localisation : Vaes Essenya.
Date d'inscription : 02/12/2007

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Jeu 9 Juil - 19:25

Comme déjà dit en private je suis triste que l'histoire touche déjà à sa fin. Je propose donc (sous peine de ban bien entendu) que tu nous rajoute quelques actes, et pour cela je nommerai admin' du fofo toute personne qui serait prête à cesser tout type de free hugs envers toi jusqu'à ce que tu cèdes (A).

Le retournement de situation final était un ptit peu trop rapide à mon goût mais l'histoire reste dans la continuité des chapitres précédents et les jeux de mots sont toujours d'aussi bonne facture ^^

(need need need la suite !)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Killly
Kâlî
True Criminal
avatar

Féminin
Balance Cheval
Nombre de messages : 1370
Age : 27
Localisation : en astral
Date d'inscription : 20/01/2009

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Jeu 9 Juil - 22:56

Euh Killy, tu peux me nommer admin donc 8)
(Fin du HS, on règle ça sur MSN hein :p XDD
Revenir en haut Aller en bas
Bibi
Banni(e) du forum
avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 1932
Age : 26
Localisation : Pourquoi, tu cherches un plan sexe ?
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Jeu 9 Juil - 23:20

Comme je te l'ai dit, ça roxx toujours autant. Je suis fan *_*
Revenir en haut Aller en bas
http://and-justice-for-all.cowblog.fr
Yuber
True Criminal
avatar

Masculin
Balance Singe
Nombre de messages : 1580
Age : 25
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Jeu 9 Juil - 23:21

Toujours aussi génial, en effet.
Un rallongement pourrait être bien, je pense.
La suite, la suite. :D
Revenir en haut Aller en bas
http://madyuber.tumblr.com/
Fant0matique
Sanguinaire
avatar

Féminin
Taureau Coq
Nombre de messages : 1720
Age : 25
Localisation : Là où tu n'es pas, mon amour.
Date d'inscription : 06/07/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Dim 12 Juil - 2:39

Oh, ça finit bien, je suis heureuse que mon cher et tendre le cher et tendre de Roxana ait enfin cédé à ses instances T-T. Need la suite, je ne peux qu'approuver !
Revenir en haut Aller en bas
http://fant0matique-two.skyrock.com
Beyond Birthday
Bee, on sait !
avatar

Féminin
Balance Chat
Nombre de messages : 1528
Age : 30
Localisation : Somewhere over the rainbow
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Dim 12 Juil - 14:14









    Épilogue



    La lune n’était plus pleine mais exhibait encore quelques courbes audacieuses. Trois jours s’étaient écoulés depuis nos dernières aventures dans l’envoûtante forêt. Le vent se levait doucement, rafraîchissant les convives rassemblés dans les jardins du palais princier. Toute la journée, les festivités avaient battu leur plein. Sword et Lolita s’étaient mariés en grande pompe, devant tout ce que la ville comptait de gentilshommes et de dames de haute naissance. Après la cérémonie, bénie par la pasteur anglicane Sister Ashes, les invités purent goûter au somptueux banquet dans la Galerie des Glaces, décorée pour l’occasion de nombreux Mister Freeze carmins. Le café et le digestif furent servit à l’extérieur, pour profiter du temps radieux qui illuminait cette journée de son chaleureux éclat. Lorsque les premières notes de la « Valse des fleurs » se firent entendre, les époux ouvrirent le bal dans la cour, bientôt rejoints par d’autres couples de danseurs aguerris. Les musiques étaient variées, afin de plaire à tous, comme l’avait souhaité le prince Coyle. Il y eut quelques grands classiques propres à Essène, notamment le dernier tube de Frankie Vincent ou « Que je t’aime » du barde Hallyday (ce qui fit beaucoup rire Roxana).

    La soirée était dédiée à une activité bien plus culturelle : la présentation de la pièce de théâtre « Macbeth », jouée par des comédiens amateurs de la ville. Pendant que le décor se mettait en place, Lynn repensa en souriant aux derniers jours écoulés. D’abord avec méfiance, puis étonnement, elle avait fini par constater que Giordano était bien plus fréquentable depuis qu’il était amoureux. En effet, il se révélait avoir un côté fondant fort sympathique. Ses relations avec Roxana s’en retrouvaient améliorées également, maintenant qu’il n’y avait plus cette rivalité sous-jacente à leur amitié. Et comme elle n’était plus obligée de se marier dans l’immédiat, elle-même se sentait beaucoup plus détendue, ce qui devait certainement se ressentir dans ses interactions avec autrui.
    Il faut dire que la fameuse soirée « piscine de Nutella » organisée par le prince avait particulièrement favorisé ces rapprochements. Même Vivius Frozen, qui était resté en retrait au début des réjouissances, avait fini par plonger la tête la première dans la crème de noisette une fois qu’il en eût reçu le gage. Entre deux fous rires et une bonne dose de crème chantilly, les quatre jeunes gens finirent par raconter leurs péripéties nocturnes en détail. Avaient-ils tout imaginé ou y avait-il une part de vérité dans leurs racontars ? Même après moult débats, nul ne put le déterminer.

    Les pensées de la jeune fille furent interrompues lorsque Franck Famélique, grimé en écossais du 16ème siècle, entra sur scène pour réclamer le silence dans l’assemblée.

      - « Mesdames et messieurs, la troupe de théâtre d’Essène est fière de vous présenter leur courte et fastidieuse version de Macbeth, farce très tragique écrite par Shakespaeare »
      - « Courte et fastidieuse ? Farce et tragédie ? » releva en chuchotant le prince Sword, sceptique. « Y a-t-il un surréalisme à la belge que je n’ai point saisi dans cette phrase ? »
      - « Nous pouvons leur couper la tête s’ils ne satisfont pas à vos attentes, votre altesse » proposa généreusement Vivius, qui lui épongeait le front avec un linge glacé.
      - « Non, non, je suis d’humeur affable aujourd’hui, mon brave laquais. C’est l’intention qui compte, alors écoutons leur présentation ».


    Le rideau s’ouvrit sur une scène de bataille, un paysage dévasté. Franck Bottom, sous les habits de Macbeth, duc de Glamis, se fit prédire, grâce à une voix artificielle, un prodigieux destin par un poster en carton représentant trois sorcières. Lorsque arriva la fameuse scène du meurtre de Duncan pendant son sommeil (un Mao Groin jouant son rôle d’endormis sans faille), Bottom se retourna vers le public pour les avertir :

      - « Ne vous inquiétez pas, gentes dames et damoiselles, je vais devoir assassiner cet homme, mais uniquement de manière théâtrale, c’est-à-dire qu’aucune personne ou animal ne sera blessé durant le tournage de cette scène ».


    Il appuya son propos d’un soulèvement de sourcil très éloquent. Le public crut à un accès de douce folie propre à la pièce (après tout, bon nombreux d’entre eux avaient vu le « Macbett » d’Ionesco et ses nombreuses interpellations aux spectateurs). Tous accueillirent la précision d’un hochement de tête satisfait, particulièrement Suzuka, la dernière amante de Mao Groin, qui n’aurait certainement pas voulu qu’un si merveilleux compagnon ne trépasse sur scène tel un ersatz de Molière. Arriva alors Lady Macbeth, à savoir Sara Lecoing, dans une superbe robe d’époque mais affichant un air furieux sur le visage :

      - « Arrête ton blabla et tue-le, afin que l’on devienne fissa les personnes les plus puissantes de la contrée » souffla-t-elle à son théâtral époux.


    Ses yeux brillaient d’une telle lueur de démence que son entrée déclancha l’hystérie chez les spectateurs. Son interprétation fut admirée de tous. Aleskander notamment, qui adorait tout spécialement les psychopathes, demanda qu’on la voit plus souvent sur scène. Lolita Barge, la nouvelle princesse, lança à la cantonade qu’elle engagerait la jeune actrice comme première courtisane si celle-ci promettait de garder cette tenue et cet état d’esprit lors de son service. Sara Lecoing, qui n’avait pourtant pas du forcer son caractère pour endosser le rôle, fut ravie de ces diverses marques d’affection. Elle fit un profond salut à son public qui l’acclamait à tout rompre.
    Après trois rappels, la pièce put enfin se poursuivre. Macbeth fut proclamé roi d’Ecosse mais devint également méfiant et paranoïaque, après avoir d’abord tué Duncan puis Banquo, son fidèle général. Lors de la célèbre scène du banquet, ce fut un Daniel Etriqué grimé en spectre qui fit son apparition. Il représentait parfaitement l’hallucination du nouveau roi, rongé par les remords.

      - « Je n’ai jamais vu un spectre s’exprimer aussi bien » nota Lionel Richie, que ce genre de délire ravissait.
      - « C’est le fantôme le plus spirituel que j’ai ouï discourir » lui répondit Giordano, tentant de garder son sérieux.


    Le père de Lynn ne sembla pas relever toute l’ironie de la phrase et approuva avec conviction. Mais l’apothéose fut l’arrivée sur scène de la splendide Lady Macduff, jouée par Daisy Flûte. Celle-ci fit son entrée dans une tenue à couper le souffle, d’un style "gothic lolita", non sans lancer un clin d’œil à Malcolm (alias Franck Famélique) qui l’observait depuis les coulisses. Il fallut attendre cinq bonnes minutes afin que le crépitement des flashs des appareils numériques ne s’estompe un peu. La demoiselle apprécia ces nombreuses attentions mais son jeu était plus discret que celui des autres acteurs. Ce qui n’empêcha pas l’assistance de tempêter, déçue de la voir assassinée, et de réclamer un changement dans la pièce d’origine.

      - « Je suis désolée mes braves jeans » s’expliqua la jeune actrice, « mais il me faut céder la place aux autres et mourir avec toute la dignité d’une reine ».


    Elle s’écroula avec grâce dans un froufroutement de tissus précieux, sous les larmoiements de spectateurs amateurs de sensations exotiques. Le dernier acte fut également empli d’émotions diverses. Censé montrer la folie de Lady Macbeth a son paroxysme, ainsi que la bataille finale de Malcolm contre Macbeth pour reprendre son trône, il fut accueilli par les cris enthousiastes des spectateurs, qui furent enfin concentrés sur l’histoire.

      - « Ah si seulement je pouvais me battre aussi bien » soupira Sword, après une altercation digne des meilleures scènes de Matrix.
      - « Je me demande où ils ont eu cette épée, on dirait Ragnarok » murmura Lynn, songeuse.


    Une fois que Franck Famélique, sous les traits de Malcolm, eut reprit sa place de roi à l’autre Franck, jouant Macbeth, la pièce prit fin, sous les acclamations du public. Les acteurs saluèrent une foule en délire, se gorgeant de leurs cris et leurs applaudissements soutenus :

      - « Encore ! Encore ! Need la sweet ! »
      - « Finalement, nous ne nous sommes pas trop mal débrouillés pour des amateurs » se gaussa Mao en souriant.


    La soirée culturelle fut suivie d’une nouvelle salve de danses, proposées par le prince. Alors que certains testaient leurs plus beaux shimmys, tentant d’impressionner les demoiselles célibataires, d’autres se concentrèrent plutôt sur le buffet de rafraîchissement. Nuls ne virent arriver le roi des elfes et la reine des fées, le sage Killy et sa terrible épouse Hana, entourés de leurs cours respectives. Vêtus d’habits « humains », ils se mêlèrent à la foule comme s’ils avaient toujours été là. Le féerique souverain en profita pour danser une valse avec Daisy Flûte, qu’il appréciait particulièrement, et l’ensorcelante reine accepta, de bonne grâce, un slow avec Franck Bottom, qui la trouvait fort à son goût sans en connaître la raison exacte. Maborochou, ne voulant pas manquer une occasion de s’amuser, entraîna Sister Ashes dans une gigue enflammée.
    Minuit arriva bien trop rapidement, sonnant le glas de la soirée post-maritale. Les invités s’en allèrent peu à peu, en remerciant bien évidemment leur prince pour cette grandiose soirée. Ce dernier accepta les compliments avec joie, sans se soucier du regard de plus en plus courroucé de Vivius Frozen qui, après tout, était à la base de toute l’organisation. Roxana, Giordano, Lynn et Aleskander finirent également par quitter les lieux, souhaitant une douce nuit au souverain

      - « Allez ! Au lit les amants » leur répondit Sword en souriant de toutes ses dents.


    Il ne sut pas à quel point son commentaire graveleux fut pris au mot. Les couples rentrèrent chez eux, se préparant pour une nuit de délice. Le prince en fit de même, tandis que les acteurs fêtèrent une dernière fois leur réussite dans le palace en bord de fleuve de Franck Famélique. Seules les créatures de la forêt restèrent éveillées, veillant sur ces humains trop humains. Les paupières de ces derniers se refermèrent doucement, leurs cils glissant sur leurs joues telles des ombrelles sur une peau de soie. Il leur sembla seulement entendre un doux murmure, comme la délicate chanson d’une fée…




Postface :
Pour les plus parisiens d’entre nous, sachez que la pièce « songe d’une nuit d’été » va justement être jouée du 9 juillet au 9 Août 2009, comme me l’a apprit mon cher ami Google.
J’avoue avoir eu un peu de mal à finir cette histoire, j’espère que ça n’est pas trop bâclé (enfin de toute façon je suis toujours insatisfaite donc…). Au début, c’était super égoïste, j’écrivais ce que je voulais, comme je le voulais, c’était pour ma pomme. Et puis je suis revenue à une humeur plus kikoololiste, ce qui ne m’aide pas à écrire correctement.
Mais bon, de toute façon, pour reprendre la célèbre phrase de Puck-Maborochou à la fin de la pièce : « ombres que nous sommes, si nous avons déplu, figurez-vous seulement que vous n’avez fait qu’un mauvais somme ».






Dernière édition par Beyond Birthday le Dim 12 Juil - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lynn-photoblog.blogspot.com/
Bibi
Banni(e) du forum
avatar

Masculin
Lion Chèvre
Nombre de messages : 1932
Age : 26
Localisation : Pourquoi, tu cherches un plan sexe ?
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Dim 12 Juil - 14:28

J'aime *___*

Un grand bravo à toi ! Un style léger et agréable à lire, une idée originale et beaucoup de clins d'oeil fort plaisants, voilà les ingrédients qui ont fait ton succès, et c'est mérité :). GG !
Revenir en haut Aller en bas
http://and-justice-for-all.cowblog.fr
Freezer
Je freeze le jour, je freeze la nuit, je freeze la veuve et l'orphelin
avatar

Masculin
Gémeaux Serpent
Nombre de messages : 2312
Age : 29
Localisation : Space Australia, Space Brisbane
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Dim 12 Juil - 16:12

Meuh non elle est toujours aussi sympa la fin.
J'ai bien aimé la représentation assez anarchique de la pièce de MacBète.

En conclusion tu mérites aussi un GG pour cette fic qui m'a fait grandement plaisir. ^^
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/#!/ViviusFrozen
Kâlî
True Criminal
avatar

Féminin
Balance Cheval
Nombre de messages : 1370
Age : 27
Localisation : en astral
Date d'inscription : 20/01/2009

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Dim 12 Juil - 16:47

/me siffle

GG! Waouh! J'aime *_________*
Revenir en haut Aller en bas
Anglemort
Maître assassin
avatar

Bélier Dragon
Nombre de messages : 992
Age : 30
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Dim 12 Juil - 19:30

Cet épilogue ne m'a pas fait éclater de rire comme les précédents actes, mais j'ai quand même souris à plusieurs reprises.

Et puis j'aime pas les happy end è_é

Sinon pour décrire ta fic dans son ensemble, un seul mot me vient à l'esprit: Enormaouss !
Revenir en haut Aller en bas
Killy
délivre.
avatar

Masculin
Lion Rat
Nombre de messages : 14770
Age : 33
Localisation : Vaes Essenya.
Date d'inscription : 02/12/2007

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Dim 12 Juil - 21:09

Kâlî a écrit :
Citation :
/me siffle

GG! Waouh! J'aime *_________*

Je plussoye allègrement ! J'ai bien aimé la fin, et en prime je danse avec ma fille et Hana semble s'être calmée ! Ca laisse suggérer une nuit de folie chez les Axebeaker XD

Le seul reproche que je pourrai faire c'est que l'histoire se finit trop vite à mon goût.

Ce n'est qu'un au revoir, j'espère, et que tu nous gratifieras prochainement d'une nouvelle histoire tout autant intéressante :D

_________________

Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Killly
Yuber
True Criminal
avatar

Masculin
Balance Singe
Nombre de messages : 1580
Age : 25
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Dim 12 Juil - 21:15

Magnifique fin, j'ai vraiment adoré.
Une magnifique histoire aussi. Enfin, une excellente "parodie". J'ai vraiment pris grand plaisir à lire ta fiction, Bee.
Bravo. :D
Revenir en haut Aller en bas
http://madyuber.tumblr.com/
Fant0matique
Sanguinaire
avatar

Féminin
Taureau Coq
Nombre de messages : 1720
Age : 25
Localisation : Là où tu n'es pas, mon amour.
Date d'inscription : 06/07/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Dim 12 Juil - 23:11

Bravo x) ! J'aimeuh ! Ca se finit un peu trop vite oui, c'est dommage, et si je n'aime pas spécialement les happy end, là, il en fallait un, pour montrer le côté bisounours de ce fow', alors j'aime <3. Super bien écrit, des allusions supra drôles, j'ai adoré, tu recommences quand tu veux :D.
Revenir en haut Aller en bas
http://fant0matique-two.skyrock.com
Mao
King of the Demon
avatar

Masculin
Taureau Chèvre
Nombre de messages : 3279
Age : 27
Date d'inscription : 27/02/2008

MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   Lun 13 Juil - 2:15

Moi je vais commencer à lire maintenant comme ça je peut tout lire d'une traite :p
Revenir en haut Aller en bas
http://www.p-nintendo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
[SN Fic] Songe d'une nuit virtuelle
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» A midsummer night's dream (Le songe d'une nuit d'été) 1999 de Michael Hoffman
» Spectacle AHLAM LAYLA - Songe d'une Nuit d'Orient
» Songe d'une nuit d'été
» Shakespeare - Songe d'une nuit d'été
» Songe d'une nuit d'été

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinigami's Note :: Les Esseniens :: Créations des Esseniens :: A vos Plumes-
Sauter vers: