AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Axebreaker] Chidori Axebreaker {HSF} || U.C

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chidori
Serial Killer
avatar

Féminin
Balance Chien
Nombre de messages : 2333
Age : 23
Localisation : Entre la balançoire et le bac à sable, si vous voyez c'que je veux dire :D
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: [Axebreaker] Chidori Axebreaker {HSF} || U.C   Sam 15 Aoû - 18:13

    I - Votre personnage :

    ♣ Nom : Axebreaker
    ♣ Prénom : Chidori
    Son père avait décidé que son prénom se prononcerait Kidori mais pendant sa première crise à l’âge de raison, la demoiselle en décida autrement.
    ♣ Jour de Naissance : Tout juste dans l’année de sa majorité, elle naquit le 29 Septembre 1991.
    ♣ Nationalité : Essénienne sur le papier. Sinon, elle s’en moque royalement.
    ♣ Pourquoi ce clan ? Tout simplement parce qu’elle en est la fondatrice. Mais si vous cherchez le pourquoi et le comment véritables, vous n’aurez pas de réponses. Elle-même ignore les raisons qui l’ont poussée à fonder ce clan qui, d’ailleurs, n’est pas assez sérieux pour en avoir besoin pour naitre.

    II - Descriptions :

    ♣ Physique : « L’habit ne fait pas le moine. » Il est étonnant, voire divertissant, de constater à quel point de simples phrases impersonnelles peuvent trouver une place tout à fait parfaite dans de différents contextes. Et parmi toutes ces phrases, celle-là serait la meilleure pour décrire, en quelques mots, le physique de cette demoiselle. En temps normal, elle se fond parfaitement dans le décor. Une taille scientifiquement jugée moyenne que certains traitent de petite – ce qui l’agace énormément, avouons-le – et une physionomie banale. Ni trop ronde, ni trop maigre. Mais soyons organisés, voulez-vous ? Imaginons que vous et moi marchons. C’est le début de l’après-midi et le temps automnal ramène avec lui une légère brise. Et au bout du chemin grisâtre que nous suivons, une silhouette floue, petite – mais c’est une question de vue, là et non de taille – et « rêveuse ». Je veux dire par là que la demoiselle s’arrête souvent pour regarder autour d’elle d’un air parfois étonné, souvent boudeur – ce qui nous donne l’affreuse impression d’être devant une folle évadée d’un quelconque asile – pour reprendre sa route quelques fois en sautillant mais plus souvent en trainant les pieds. Serait-elle paresseuse ? Elle s’approche et nous sommes enfin capables de décrire sa tenue vestimentaire en détails. Tenue qui nous ébranle par sa totale excentricité. D’ailleurs, si mes souvenirs sont bons, certains appellent cela du « cosplay ». A ce mot, je devine que vous pensez tout de suite à ses tenues remplies de dentelle, de froufrous bruyants et de couleurs ternes qui mettent en valeur une généreuse poitrine, ce que, franchement, cette demoiselle n’a pas. Elle n’est pas plate, loin de là mais elle ne peut pas se vanter non plus de pouvoir échapper à la chirurgie plastique si elle se trouvait à Hollywood. Bref, revenons à ces habits. Le cosplay qu’elle porte le plus naturellement du monde, comme si elle le faisait tous les jours, ce qui ne m’étonnerait guère, est masculin. Oui, oui, vous m’avez bien entendu. Masculin. Je reconnais le personnage ! Ce qui est encore plus surprenant, c’est que, sur sa peau blanche un peu mate, le déguisement a des airs « normaux. » Comme si n’importe qui pouvait le porter, à n’importe quelle heure, dans n’importe quel endroit. Elle-même semble croire passer inaperçu bien que je mettrais ma main au feu qu’attirer l’attention l’amuse fortement. A présent, elle est à quelques pas de nous. A l’ombre, ses boucles joliment désordonnées auraient eu des reflets un peu dorés, certes mais dans un ton un peu chocolaté, très châtain tandis que là, sous ce soleil de fin d’été, elles ont des éclats blonds, ce qui ne semble pas mettre la demoiselle de très bonne humeur. Elle les tripote souvent, même. Elle enroule des mèches autour de ses doigts, aplatit une frange un peu rebelle. Et cette chevelure qui doit faire partie de ses meilleurs atouts, encadre un visage ovale, un peu rond ce qui, étrangement, donne une sorte d’innocence enfantine à sa physionomie, même si, la connaissant, je sais mieux que personne que rien n’est plus faux. Ou presque puisqu’en fixant bien ses iris couleur noisette, frappé de rares miroitements verts, il arrive souvent que quelques personnes croient déceler de la pureté. La demoiselle, elle, s’en moque royalement. Il faut dire qu’elle se moque de bien des choses, ce qui est facilement prévisible puisqu’elle arbore une expression indifférente, mêlé à une sorte de pétillement curieux aux réflexions un peu vicieuses. Maintenant, elle passe à côté de nous et, ô seigneur, deux choses nous frappent plus violemment qu’une gifle maternelle. En premier, son parfum, qu’on aurait pu croire sombre ou ténébreux mais qui est tout le contraire. Fruité, doux, très féminin, contrairement à ce qu’on s’attend d’elle. (Cette jeune fille répétant inlassablement qu’elle aurait préféré être un garçon. Les raisons de cette « dysphorie de genre » étant peu catholiques, je ne les dévoilerai point.) En second, sa voix. Enfin, pas vraiment sa voix, qui est en somme, un peu aigue et nonchalante. Sans doute cette mollesse vient-elle du fait qu’elle chante une comptine anglaise. « London bridge. » Tout en arborant un sourire un peu hautain, distant, sur ses lèvres enfantines.

    ♣ Particularité(s) : Parfois, pour s’amuser, elle se déguise sérieusement en garçon, mais c’est bien rare puisqu’on la reconnaît facilement.

    ♣ Caractère : U.C
    (J'ai plus de mal que prévu à terminer le caractère, je posterais ce pavé dès que je l'aurais finalisé ! <3)

    ♣ Particularité(s) : U.C
Revenir en haut Aller en bas
Chidori
Serial Killer
avatar

Féminin
Balance Chien
Nombre de messages : 2333
Age : 23
Localisation : Entre la balançoire et le bac à sable, si vous voyez c'que je veux dire :D
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: [Axebreaker] Chidori Axebreaker {HSF} || U.C   Sam 15 Aoû - 18:20

    III - Histoire :


    Elle feuilletait le grand album photo de la famille. En réalité, c’était plutôt le sien. Chaque membre en a un, rempli de souvenirs superficiels qu’un photographe avait scellé sur quelques milliers de pixels. La petite boite à couleurs était plus vide que les autres. Elle haïssait se laisser prendre en photo. Il fallait une longue demi-heure pour la persuader de ne pas s’enfuir au dernier instant. Mais lors de la première photo, elle ne pouvait pas prendre ses jambes à son coup. Elle l’aurait sans doute bien voulu. C’était quasiment de la pornographie enfantine. Bien qu’il n’y ait rien de bien excitant dans le petit corps rond d’un nourrisson.


    CHAPITRE I
    ONCE UPON A TIME…
    NAISSANCE


    Naitre dans la famille la plus importante d’une contrée était un privilège rare, parsemé d’avantages alléchants et de luxueux destins. C’est à peu prés l’idée qu’on a de ce qui attend l’enfant qui voit le jour chez les Axebreaker. Et ce n’est pas tout à fait faux. Surtout lorsqu’on apprend vite à en user de la meilleure des façons. Contrairement à ses frères ainés qui préférèrent la liberté, elle favorisait de loin la vie facile de la riche noblesse. Elle ne faisait pas d’énormes efforts, tout juste le minimum dû à son rang. Imaginez-vous une aristocrate dépassée par de simples citoyens, quelques soient les matières etc. ? En tout cas, pas moi. Ni elle. La fillette était quelqu’un de très « populaire ». Je veux dire par là qu’elle se faisait rapidement des amis, un groupe où elle aimait jouer le rôle du leader absolu. J’en profite pour faire remarquer que ses parents ne cessaient de l’encourager vers ce chemin de dictature absolue à la Hitler. Les grandes familles cachent toujours de grands secrets, n’est-ce pas ? Ainsi, cette petite fille était différente de sa fratrie. Quoique, dans sa fratrie, personne n’était identique à un autre et tous étaient différents. Elle était très souriante, rieuse, enfantine. Peu de choses pouvaient noircir son humeur et cela ne lui faisait que du bien. Elle grandissait vite et bien, de corps comme d’esprit. Même si de corps, ce n’est pas tout à fait ça…D’esprit non plus, même.


    CHAPITRE II
    PURE BETISE ET TINTEMENT DU SPLEEN - ENNUI
    ENFANCE



    Elle eut une évolution tout à fait normale. A cinq ans, elle apprit à lire et ce n’est qu’à six ans qu’elle sut aligner des phrases sur un papier. Bien que le papier, à la fin, ressemblait plus à un chiffon. Ce n’était pas une enfant prodige, ni même une enfant curieuse, puisque que l’une et l’autre arrivent à des résultats excellents. Elle ne s’intéressait pas vraiment à la lecture, ni même à l’art en général. Oh, elle aimait bien les images, les contes de fées, mais dés qu’il s’agissait de lire un paragraphe ou de dessiner quelque chose de compliqué, elle arborait une moue boudeuse et quittait la pièce, que ce soit une salle de classe ou le salon. D’ailleurs, cela aurait pu créer beaucoup de problèmes, si elle n’appartenait pas à la famille dominatrice de la ville. En d’autres mots, elle savait parfaitement dans quelle situation avantageuse elle se trouvait et elle en usait et abusait à longueur de journées. Il faut avouer que la vie n’était pas vraiment divertissante. Il y avait bien sa sœur jumelle avec laquelle elle s’entendait à merveille et ses camarades de classe mais à peine Paycay quittait-elle le manoir familial qu’elle se retrouvait seule, à nouveau. Ses parents étaient bien trop occupés et leurs jeux d’adultes ne l’intéressaient guère. Son frère avait d’autres préoccupations que les états d’âme d’une enfant capricieuse et sa tante, qu’elle aimait particulièrement, n’était pas du genre à venir toutes les semaines. Elle essayait donc d’occuper ses journées du mieux qu’elle pouvait. Une bêtise par ci, une autre par là. Elle savait parfaitement comment s’y prendre pour s’en sortir indemne, tout en offrant en sacrifice un de ses camarades. On aurait pu la traiter de calculatrice et de manipulatrice mais il n’en était rien. On continuait à s’amuser en sa compagnie. Etait-ce qu’on appelait être « profondément sociable » ?

    CHAPITRE III
    ET LE MIROIR SE BRISA
    ADOLESCENCE || PART 1


    Je l’ai connue lorsqu’elle avait à peu près onze ans. Bien que ce n’est qu’à douze, en entrant au collège, que nous sommes devenues amis. Etrangement, pendant ce court laps de temps, elle était devenue assez timide et discrète. Elle s’était soudainement repliée dans les livres, passant ses journées à lire, parfois même à écrire. Ce n’était pourtant pas de la désocialisation complète puisque je la voyais souvent jouer avec ses camarades. C’est à peu prés à cette époque qu’elle est devenue ce qu’elle est aujourd’hui. Mauvaise influence ? Société dépravée ? Je l’ignore mais du jour au lendemain, elle se tordit, devenant facilement irritable, adoptant un humour pas tout à fait de son âge et une sorte de totale indifférence qui est toujours aussi présente en elle. Chaque jour ramenait avec lui son lot d’idées farfelues. Un jour, elle voulait qu’on joue aux Robins des bois esséniens, le lendemain, elle préférait faire un tour dans les quartiers mal famés d’Essène et ainsi de suite. Avec elle, le mot « Paix » n’avait plus aucune valeur. Et bien évidemment, sa scolarité s’en ressentait. Elle était dans la moyenne, donnant tout juste le minimum demandé. Dans une classe, il y a trois sortes d’élèves. Les premiers de la classe, sages, aux premiers rangs, toujours à poser poliment des questions, comme des tournesols autour d’un soleil qu’elle trouvait terriblement dégoûtant. Ensuite, les moyens, ceux qui bavardent gentiment, haussant parfois la voix mais sans plus. Et les clowns, parfois excellents mais souvent bêtes. Elle avait vite compris que finir avec eux n’était pas une idée bien alléchante. L’exemple de son frère ainé le lui prouvait bien plus que nécessaire. Elle décida donc de ne faire partie d’aucune catégorie. Elle ne bavardait pas en classe, elle discutait. Quelle différence ? me direz-vous. C’était pourtant simple. Le bavardage consiste à chuchoter, et donc à savoir pertinemment que le professeur est là. Chidori faisait plus simple que ça. Elle ignorait totalement la présence de cet être censé être supérieur à elle. Elle poussait l’insolence jusqu’à dessiner sur ses cahiers de cours au lieu de copier les leçons comme n’importe qui le ferait. C’est à peine si elle semblait porter une quelconque attention à ce qui se disait autour d’elle. Ce n’était qu’en sortant de la salle, pendant que nous lui reprochions son comportement, qu’elle redevait la capricieuse enfant que nous connaissions tous. D’ailleurs, elle balayait nos paroles d’un simple geste de la main et nous proposait, un sourire aux lèvres, de sécher les heures suivantes. Et bizarrement, elle réussissait tous les tests. Pas avec des notes excellentes, évidemment mais c’était plutôt bien, au fond. Elle passa facilement au lycée, sans pour autant changer de comportement.


    CHAPITRE IV
    LAMENTABLE PLAISANTERIE
    ADOLESCENCE || PART 2




    Au lycée, j’avoue qu’elle devint plus studieuse, abandonnant parfois ses livres – de moins en moins destinés à des âmes pures et enfantines telle que la mienne – pour des documents qui concernaient sa scolarité. Elle trouvait cela horriblement ennuyant et c’est là que je commençai à remarquer qu’elle avait une aversion peu banale pour l’ennui. Elle était même prête à tout pour colorer ses journées, quelque soit notre avis sur ses décisions. De plus, ce « nous », ses plus proches amis, devenait de plus en plus difficile à atteindre. Elle favorisait les groupes restreints, n’aimant guère les foules. Elle disait que cela ressemblait trop à une colonie de fourmis. Et Dieu seul sait à quel point elle abhorrait les insectes. Au bout de sa première année de lycée, elle me confia l’envie de créer une sorte de « clan ». Elle savait que sa tante avait créé une « agence », la Bee Compagny. Elle aurait bien aimé y participer si sa paresse physique légendaire ne s’était pas mise en travers de son chemin. Son frère en avait fait de même mais son clan lui semblait étrangement inintéressant et lassant. Peu de temps après, la Happy Sleazy Family naquit. Elle voulait que ce soit une sorte de fête sans fin, luxueuse et dorée. Parlons-en du luxe. Elle adorait ce mot. L’argent lui apportait une satisfaction presque totale. « L’argent n’achète pas le bonheur. » Pour elle, cette phrase semblait fausse. Je ne sais si c’est une bonne ou une mauvaise chose, mais elle savait mieux que personne se servir de ces chiffres. Elle n’était pas économe, loin de là mais elle ne plongeait pas non plus dans les dépenses inutiles ! Quoique…

    Le clan créé, sa vie eut un nouveau tournant. Une compétition à longue durée. Elle ne voulait plus perdre contre personne. Pour sa famille, c’était l’argent et les études. Elle fit de son mieux dans les deux domaines et les résultats n’en furent que plus meilleurs. Ses notes montaient, son compte en banque aussi. Et comme elle n’était pas encore totalement avare, le notre aussi se remplissait. Il m’arrivait de me dire que ce clan prenait des airs de mini-mafia comique. Je n’avais sans doute pas tort.

    CHAPITRE V
    RENFORCEMENT DU FIL
    ADOLESCENCE || PART 3



    La cérémonie de fin d’année venait de se terminer. Cela faisait déjà une bonne heure que j’attendais dans la salle que l’administration nous avait offerte. Tout juste parce qu’elle était de la famille dominatrice. Et même si le club n’avait aucune valeur. En contre partie, elle devait rédiger une sorte de discours, tradition banale pour les meilleurs élèves de terminale qui quittaient pour de bon le monde des études obligatoires. J’imaginais son air agacé, à attendre que le lunetteux de la section Mathématiques finisse de lire son pavé pour pouvoir passer après lui. Elle devait, comme à son habitude, tripoter ses boucles tout en réfléchissant aux tortures à faire subir à cet imbécile dont les paroles paraissaient interminables. Enfin, son tour arriva. Je reconnus sa voix, un peu aigue, enfantine et pourtant très mélancolique. Elle lisait le texte que j’avais écrit pour elle. La connaissant, elle aurait sans aucun doute sorti quelques lignes directes, franches et acerbes. Pour finir rougissante devant les centaines de yeux qui l’auraient regardé avec une surprise compréhensible. Les mots coulaient avec précision. On avait décidé de ne pas continuer nos études et d’ouvrir une petite entreprise qui, sous ses airs simples, n’aurait rien de bien bon. Ainsi, nous serions à l’abri financièrement.

    « Et à part ça ? »
    « Comment ça, à part ça ? »
    « A part l’argent, qu’est-ce qu’on fera ? »
    « Bah, on verra avec le temps ! Qui sait. Peut-être que demain, on tournera un film sur les kangourous africains. »
    « Y’a pas de kangourous en Afrique. »
    « Ah. Tant mieux. Je n’aime pas les kangourous. »


    IV- Et vous ? :

    ♣ Pseudo ou prénom : Sara & Chidori
    ♣ Âge : Encore 14. Le temps passe trop lentement .__.
    ♣ Comment trouvez-vous le forum ? Divertissant :3
    ♣ Que pensez-vous du design ? Pouah, trop de Misa. Mais je m’y habitue !
    ♣ Des choses à améliorer ? Rien en particulier <3

    Je poste la fiche quand même, pour que Bee sache que je travaille, hein XD
Revenir en haut Aller en bas
Beyond Birthday
Bee, on sait !
avatar

Féminin
Balance Chat
Nombre de messages : 1528
Age : 30
Localisation : Somewhere over the rainbow
Date d'inscription : 27/07/2008

MessageSujet: Re: [Axebreaker] Chidori Axebreaker {HSF} || U.C   Sam 22 Aoû - 15:04

Chère collègue modo,

Ta fiche est très plaisante à lire. Particulièrement l'histoire, qui est racontée d'un autre point de vue, c'est original et bien construit.

Alors ne l'oublie pas =)
Revenir en haut Aller en bas
http://lynn-photoblog.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Axebreaker] Chidori Axebreaker {HSF} || U.C   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Axebreaker] Chidori Axebreaker {HSF} || U.C
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Finale : Riza Hawkeye vs. Chidori Kaname
» [SPOIL] chidori ou rasengan ?
» chidori team
» ††† Obitomaru †††
» [Jeu 7] Alphabet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinigami's Note :: Présentations-
Sauter vers: