AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Roman d'horreur(attention j'ai installer un copywhrite)

Aller en bas 
AuteurMessage
Macabreman
Chibi Note
avatar

Masculin
Gémeaux Chien
Nombre de messages : 20
Age : 24
Localisation : canada, québec
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Roman d'horreur(attention j'ai installer un copywhrite)   Dim 5 Juil - 4:16

Voici mon roman à moi(copywhrite):

Mon journal

Si j’ai écris ceci, c’est parce que ça m’est vraiment arrivé. Je n’aurais pas écris tout cela si ce n’était pas vraiment arrivé. Un aussi gros journal de bord, non. Je n’aurais pas perdu mon temps de cette manière. J’aurais fait d’autre comme faire des blagues au téléphone, ou même encore clavarder avec une femme Suédoise. Mais vous vous demandez sans doutes de quoi je peux bien parler. Vous n’avez qu’à continuer de lire ce livre si vous êtes si curieux.

Samedi 7septembre 2006

J’ai enfin demandé à Caroline si elle voulait m’accompagner au bal des finissant. Devinez quoi… Elle a dit oui! Bon en fait je lui ai demandé ceci : Brelwe.. veut .. aller.. Bal?? Elle m’a répondu qu’elle n’avait pas compris (ce qui ne me surprend pas) Donc à sa demande je lui ai dit comme il le faut. Caroline m’a coupé la parole avec un oui décisif et sec. Comme si elle voulait s’en débarrasser. Caroline est la copine d’un gars nommé Maxime (ou « Max » comme il le préfère). Il est la brute la plus cruel que personne n’aura jamais connu. Donc si il apprend que je sors avec sa copine, pour le soir du bal des finissants, je ne suis pas mieux que mort.

Dimanche 8sptembre 2006

Il est 9 :00 de l’après midi et voilà que j’aperçois la belle Caroline dans sa robe à 2000 dollar (un peu cher pour un bal des finissant du primaire). Le bal était magnifique. Des rubans étaient accrochés au plafond et un bol à punch était placé à la fin de ces rubans. Il y avait de la musique de notre âge et des ballons au dessus du « DJ ». Personnellement, je ne sais pas dansé et tout le monde le sait ça mais, j’ai essayé et fait un grand succès. C’est le moment de la danse des amoureux. Vous savez, la danse du premier baiser. Où votre regard ne quitte pas celui de votre partenaire. Et bien moi, je ne l’ai pas dansé. Max venait d’entrer dans la salle de danse quand j’ai entendu la chanson commencer. Avec son visage, je pouvais le voir qu’il s’en était rendu compte. J’ai donc essayé de me cacher en me faufilant à travers les gens, interrompant ainsi quelque danse. Soudain, Bang! Je venais de lui foncer directement dessus. Ah que je suis bête! J’étais comment dire inquiet pour ma santé. Je me suis même demandé si j’avais fait mon testament ce matin même. La brute me regardait avec un de ces regards! J’ai même pu remarquer les poils en dedans de son nez. Je me mis à courir de toutes mes forces jusqu’à la sorti. Dès que j’atteignis la sorti, je tournai le coin de la rue et continuai tout droit. Plus loin, je vis une cour et décidai d’y entrer. À l’intérieur, j’eus le temps de reprendre mon souffle et de regarder en arrière de moi voir si il était là.
Si on y pense comme il le faut, au long de l’année, c’est Max qui m’écoeurait. Moi, en revanche, je n’ai que dansé avec sa copine! Bon, peut-être que c’est une bonne raison, mais ça en valait la peine de voir son visage quand il l’a su. Sans vouloir être méchant, il avait vraiment l’air d’un constipé! Je suis vraiment content finalement que l’école ai organisé cette fête, sans quoi je n’aurais pas pu voir ça.
Mais revenons à nos moutons. Quand max entra dans la cour à son tour, j’entendis un homme sortir par sa galerie avec… UN FUSIL DE CHASSE!!! Il ne va pas nous tirer là. Je suis beaucoup trop jeune pour mourir! J’ai, à ce moment, remarquer que l’homme au fusil avait l’air d’un ancien prisonnier. La longue barbe mal rasée, le manteau de cuir avec un serpent au devant, un air méchant et surtout LA CARABINE! Dehors, il faisait noir. La cour était entourée par une clôture en pique sauf à l’endroit ou moi et Max nous étions entré.
Tout ça pour en venir au fait que le mec avec sa carabine me visa le crâne. Pas besoin de vous dire que je me suis penché. Mais… Oh! Le pauvre. Il ne méritait pas ça! C’est Max qui a reçu la balle en plein front (En passant, ce moment est LE moment qui fait tout tourné au mal). Je le vis, moi, enfant du primaire, la balle pénétrer tranquillement dans son front se loger sur ses os pour après les fracasser en laissant du sang revoler partout… Je me suis donc retourner pour ne pas voir les dégâts d’avantage. Ce qui s’est produit est malheureusement quasiment pire. J’ai reçu tout ce sang chaud dans le dos. Tout les entrailles et les muscles. Toute cette chair de cervelle dans mon dos. J’ai déguerpi au plus vite de cette endroit en sautant par la clôture. Puisque la clôture contenait des piques, je me suis arracher le milieu de la main. J’avais mal comme ça ne ce pouvait pas. Je n’avais qu’une envie. Retourner dans les bras de ma maman.
Larmes et sang aux yeux, je me précipitai vers une maison que j’aperçus au loin. Le pire aurait été qu’un vieillard me répondre en me donnant une correction car je l’aurais déranger. Mais il faut croire que je n’ai pas beaucoup d’imagination.

Le reste est à venir... Il faut quand même que je le retranscrit.
Revenir en haut Aller en bas
Macabreman
Chibi Note
avatar

Masculin
Gémeaux Chien
Nombre de messages : 20
Age : 24
Localisation : canada, québec
Date d'inscription : 25/06/2009

MessageSujet: Re: Roman d'horreur(attention j'ai installer un copywhrite)   Dim 5 Juil - 19:10

Voici un bout de la suite:

J’entrai dans la maison et refermai la porte aussitôt. En me retournant, je vis la quantité énorme de toile d’araignée. C’est à ce moment que j’inspectai les lieux.
Je vis dans cette maison pleine de choses très étranges. Je ne sais même pas par quoi commencer. Ah oui, je sais. Les murs étaient fait en bois et le plafond aussi. Une maison typique de l’ancien temps. Au mur, le bois était moisi et je pouvais même sentir l’odeur qui y dégageait. Il y avait quelque cadre et peinture sur le mur. La première représentait une scène dans la vie de tout les jours avec gens se promenant dans la rue. Mais ce qui était étrange c’était que les gens sur la peinture n’avaient pas de visage. Une autre peinture, très ennuyeuse représentait un clown qui avait tout l’air d’un clown normal sauf qu’il n’avait pas de yeux. Cela était des trous à la place. Il y a avait même du sang qui y coulait. Dans la maison, il y avait plein de portes auquel je pouvais voir d’où j’étais. Environ 15. Il y avait un vieux téléphone accrocher au mur mais à part tout ça, la maison était vide. Pas de meuble ni de télévision… Vide!
<> dis-je d’une voix inquiète.
Soudain, le téléphone, quoi que jamais je ne m’aurais attendu à cela, sonna. Je m’approchai lentement, hésitant, et fini par décrocher.
<< Oui? dis-je prudemment.
- Allo Patrice? (j’ai oublié de dire mon nom, c’est vraiment Patrice).
- Patrice, je sais que c’est toi, dit-il après mon long silence.
- Mais qui êtes-vous et comment ce fait-il que vous sachiez mon nom? dis-je sans hésitation.
- Tant de question dont je ne crois pas que ça changera quelque chose.
Soudain, la voix changea (c’était rendu celle de Max)
- Maintenant tu te rappelles?
- Max!? Mais comment… tu… QUOI?
- Non je ne suis pas mort. En fait, mon corps l’est, mais pas mon esprit.
- Mais, mais…
- Plus un mot! Tu m’as tué et tu vas le payer! (Clique)
- Non Max… MAX! »
Je pris mes jambes à mon cou et parti à toute vitesse vers la porte d’entrer. Je tournai la poigner. En poussant la porte pour l’ouvrir, les muscles que contenait mon bras se relâchèrent et je ne pus ouvrir la porte. Je pris mon autre bras sans trop me préoccuper de l’autre et tenta de d’ouvrir. Mais ce que je ne savais pas, c’était que la porte était barrée. Je tournai la poignée de toutes mes forces mais rien ne fut. Mon rythme cardiaque augmenta, mon front devenait humide et crasseux, je perdais l’équilibre et je me cognais partout. Je tombai par terre, souffrant des jambes, toile d’araignée à la figure (à cause de mon manque d’équilibre j’en avais accrocher), ma plaie à la main me faisait de plus en plus mal, le sang dans mon dos descendent plus bas me chatouillant le dos. Je commençai même à avoir une migraine. Ma vision commença à faiblir et à s’embrouiller pour finalement s’estomper. Et soudain, tout revint à la normal. Je me relevai et regardai la poigné de la porte d’accueille pendant un long moment. Je la fixai comme on fixe un être cher qui vient de mourir. Je m’éloignai et m’approchai du téléphone. J’arrêtai de fixer la porte et décidai de regarder plutôt la porte la plus proche de moi, espérant trouver une fenêtre où je pourrais sortir. Je m’approchai de cette porte et mis ma main sur la poignée. Elle était foutument glacée cette poigné et j’ai même ressenti un énorme frisson me traversant le corps au complet. Quand j’eus ouvris la porte, un courant d’air glaciale sorti de la porte. Une odeur de souffre et de décomposition en sorti aussi. L’odeur que je respirai me mis la même sensation que quand j’avais reçu du sang et de la chair dans dos. J’entrai dans la salle quand même et je n’étais pas déçu.
Vous savez combien de temps j’avais attendu avant ce moment? Mais enfin il allait sûrement ce produire.
À l’intérieur de la salle, il y avait… Oh! Une femme. Mais tellement belle. La déesse de la beauté peu aller se rhabiller car elle, WOW! Mais vous ne savez pas ce qui est le plus beau dans tout ça, elle était nue. Oui, oui, Complètement nue. Mais… Morte! Le mal de cœur que j’eus au début de mon aventure revint. Pas besoin de vous dire que j’ai failli vomir. Même que je l’ai fait. L’odeur… C’était ça. Je ne sais pas comment j’ai pus la regarder mais je l’ai fait. J’ai remarqué qu’elle était entièrement découpée au niveau du dos. Découpée, je veux dire ouverte. Le sang gelé n’était pas de perte par terre. Je vis même ses organes vitaux sur le sol. Bon! J’en ai assez vu.
Je quittai la salle en me tenant l’estomac et en courant. Je n’ai même pas pris la peine de refermer la porte. À ce moment, j’ai crus utile de sortir mon journal de bord pour écrire quelque ligne sur mon aventure comment dire, démoniaque. Pendant que j’écris, je repense à tous ce que j’ai bien pus faire. Tous les mauvais et bons coups que j’ai faire dans ma vie. Je me demande même qu’est-ce que je vais bien faire. En ce moment, vous ne savez pas comment j’ai peur pour ma vie. Je crains de mourir chaque seconde. C’est le temps de m’encourager. Je me levai en direction de la porte de tantôt. En me levant, je remarquai qu’il y avait une lumière qui en sortait. La porte qui était déjà ouverte, la lumière bleue du froid, une lumière qui est sans doute une lumière qui représente l’hiver. Vous savez, cette lumière dont le bleu est glaciale. Moi j’en avais froid en la regardant. Je m’approchai et rendu à l’intérieur me fermai les yeux pour ne pas voir le corps. J’avançai à l’aveuglette pour me rendre jusqu’à la fenêtre de cette pièce. En avançant, je sentis quelque chose me chatouiller le nez. Je décidai d’ouvrir l’œil pour en savoir d’avantage. J’avais le visage directement dans le corps de la femme. Le visage dans la chair. Ce n’était pas la première fois aujourd’hui que ça m’arrivais quelque chose comme ça mais pas dans le visage. Les organes étaient encore chauds même dans un endroit comme celui la.
Le problème c’était que j’étais figé. Pas involontairement mais plus parce que j’étais comment dire, surpris. Mes yeux commencèrent à se remplir d’eau. Le sang des organes se dégela et donc mon visage en était recouvert. Je finis par éloigner mon visage, me tasser et aller vers la fenêtre en m’essuyant le visage. La fenêtre n’avais pas d’ouverture possible alors je décidai d’en créer une. Je donnai un violant coup de pied dans la vitre. Au moment ou mon coup était terminé, je sentis mon talon se fracasser. La douleur que j’eus était encore une fois, insoutenable. La vitre faisait au moins 4 centimètres d’épaisseur. Mon talon n’a pas cassé pour rien.



Ce n'est pas beaucoup mais je continue à le réécrire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Roman d'horreur(attention j'ai installer un copywhrite)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Thème] Roman d'horreur italien
» SUR LE SEUIL de Patrick Senécal
» [Scrinéo jeunesse] Roman d'horreur d'Arthur Ténor
» [Ténor, Arthur] Roman d'horreur
» [ATTENTION] [Fixé] Ne faites pas de partiton SD avec rom manager et/ou le recovery 3.0.2.5 avec le HTC Desire HD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinigami's Note :: Les Esseniens :: Créations des Esseniens :: A vos Plumes-
Sauter vers: